Rechercher

Achillée Millefeuille




Nom scientifique Achillea millefolium L. Noms vernaculaires: herbe de la Saint-Jean, herbe de Saint-Joseph, herbe à dinde, herbe au charpentier, aux cochers, aux militaires, herbe aux coupures, saigne-nez, sourcil de Vénus. Famille: Astéracées Description: Plante vivace de 20 à 70 cm plus ou moins pubescente, aromatique au froissement dans toutes ses parties surtout les capitules, formant des colonies souvent importantes

Tige: unique pour chaque rosette, dressée, sillonnée, ramifiée dans le haut

Feuilles: en rosette à la base,alternes le long de la tige, à contour oblong ou lancéolé, profondément divisées en 40 à 50 segments très étroits disposés dans des plans différents ce qui donne aux feuilles un aspect un peu touffu fleurs: en tubes au centre et en courtes ligules sur le pourtour de couleur blanc crème ou rosée.réunies en capitules de 4-5 mm de diamètre floraison: juin-novembre fruits: minuscules akènes allongés partie souterraine: rhizomes divisés produisant des fréquents rejets Habitat et répartition : Eurasie prairies médioeuropéennes, mésohydriques ; plante indicatrice d'un sol sec et peu calcaire pouvant évoluer en prairie épaisse à fromental données d'après : Julve, Ph., 1998 ff. - Baseflor. Index botanique, écologique et chorologique de la flore de France. Version : 23 avril 2004. Principaux constituants Huiles essentielles (azulène, eucalyptol, germacrane, camphre, chamazulène...) Flavonoïdes (apigénine-7-glucoside, artémétine, casticine, isorhamnétine, lutéoline-7-glucoside, rutine, 5-hydroxy-3,6,7,4-tetraméthoxyflavone) Alcaloïdes (achicéine, achilléine (synonyme potentiel de L-bétonicine), bétonicine, moschatine, stachydrine, trigonelline) Bases (bétaïne, choline) Polyacétylènes Monoterpènes (bornéol, acétate de bornyle, camphre, cinéol, limonène, sabinène, terpinène-4-ol, terpinéol, a-thujone) Triterpènes Acides aminés (alanine, acide aspartique, acide glutamique, histidine, leucine, lysine, proline, valine) Acides gras (linoléique, myristique, oléique, palmitique, stéarique) Acide ascorbique Acide caféique Acide folique Acide salicylique Acide succinique Coumarines Tanins Histoire La réputation de la plante comme médicinale remonte à la préhistoire, comme le montrent les recherches archéologiques faites à Shanidar, en Irak. Les hommes de Néandertal semblaient avoir une pharmacie rudimentaire basée sur les plantes, et l'une des huit plantes identifiées au moyen des grains de pollen trouvés sur ce gisement était l'achillée. Le Grec Dioscoride (Ier siècle) fut le premier à mentionner la Millefeuille comme une plante incomparable pour traiter les plaies saignantes ainsi que les ulcères anciens ou récents. Au IVe siècle, le médecin bordelais Marcellus Empiricus devait reprendre cette thèse pour recommander la Millefeuille contre les saignements. Jusqu'au XIXe siècle, elle a été utilisée pour accélérer la cicatrisation. C'est une plante comestible dont on peut utiliser les fleurs et feuilles aux propriétés toniques, digestives, hémostatiques, antispasmodiques, emménagogues, hypotensives, antihémorroïdales. Durant la Première Guerre mondiale, un infirmier, faute de médicaments, a soigné des blessures légères avec cette plante. Yi Jing (le Livre des changements) Traditionnellement, depuis plus de deux millénaires, des millions de Chinois utilisent, pour interroger l'oracle, 50 tiges d'achillée millefeuille, par un savant et répétitif système de calculs avec les tiges. Le procédé, censé favoriser le vide intérieur, la concentration sur la question posée et une certaine « adéquation à l'instant », est également en faveur auprès de milliers d'Occidentaux s'intéressant à la pensée chinoise. Cette technique divinatoire se nomme l'achilléomancie.

Usages alimentaires les toutes jeunes feuilles du millefeuille sont assez tendres pour être ajoutées aux salades qu'elles aromatisent. Mais avec l'âge elles deviennent dures et trop fortes. On peut encore les hacher à la façon du persil en condiment ou éventuellement les cuire à l'eau puis par exemple les sauter au beurre comme on faisait autrefois en Angleterre. Les capitules fournissent un agréable thé solaire.

Almal a écrit: lors du stage de survie douce que j'ai effectué avec François Couplan, j'ai appris à manger les jeunes feuilles d'achillée en salade.

Les petites feuilles de jeunes plants mélangées aux autres plantes récoltées (plantain, cirse, oseille, ortie, fleurs de trèfle, pas d'âne, ...) sont très bonnes en salade, et je ne me prive jamais d'en mâchonner en randonnée.

En cuisine, Lancelot de Casteau la cite dans son Ouverture de cuisine parmi les herbes qu'il faut pour faire des omelettes aux fines herbes.



usage phytothérapique : l'achillée millefeuille (achillea millefolium) est fortement déconseillé pour les femmes enceintes en raison de son action sur le système hormonal de la femme. par contre il est conseillé pour diminuer les douleurs de la menstruation et les problèmes dû a la ménopause. Utilisation: antispasmodique, emménagogue, cicatrisant, tonique, peptique Mode d'emploi : infusion, teinture, extrait liquide, jus Sources et informations complémentaires

°wikipedia millefeuille

°Images de wikipedia

°livre plantes comestibles et toxiques de François Couplan


L'équipe d'Echappées Sauvages

13 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

L'Onagre